Formation à l’autopromotion

Animation rurale:

Réflexion à la demande des villageois sur un problème concernant leur vie au village (environnement, malnutrition infantile, gestion, régulation des naissances….ou tout autre thème). Ceci dans un esprit d’autopromotion, afin qu’ils deviennent les acteurs de leur propre développement.

 

Réflexion sur l’environnement – Construction de foyers améliorés pour économiser le bois de chauffe.

 

 

 

 

 

 

Dans le livre « Histoire des sœurs Munet et de leur famille missionnaire » de Sylvie Flamand, Chantal de Labareyre, Gilles Babinet nous lisons:

« L’après-midi, animation rurale. Les femmes se groupent vers 15 h pour un moment de couture puis discussion sur les problèmes rencontrés. Des images illustrent les difficultés et les possibles solutions. Il doit bien se vivre du positif puisque Madeleine, une des filles qui l’accompagne, dit à la Soeur :

« Depuis que je vais avec toi, les femmes de mon quartier me demandent des conseils pour élever leurs enfants ».

Les Soeurs travaillent en collaboration avec le Carder (organisme pour le développement de l’agriculture). Chaque mois, une réunion est tenue avec l’un des responsables et les deux animatrices qui travaillent dans quelques villages. Sur le plan diocésain, il existe, pour les religieuses, une commission « animation rurale ». Soeur Gilberte Content en est la responsable pour un temps. Son action consiste surtout à organiser des journées de formation auxquelles participent religieuses, coopérants et des animateurs du Carder. Une des difficultés matérielles, c’est le mauvais état des routes. Les pneus ne résistent pas aux méfaits des pierres de l’Atacora et les voitures sont souvent en réparation ».

 

Centres de Promotion Féminine:

Pour des jeunes filles analphabètes ou déscolarisées (culture générale, alphabétisation en langue locale et en français, notion de gestion, de santé, d’agriculture, couture, etc..)

 

 

 

 

 

Nous avons un Centre de Promotion Féminine à Broukou au Togo (depuis 1989) et à Kouandé au Bénin (depuis 1979). L’objectif du centre est la formation de la femme dans tous les aspects de sa vie et l’apprentissage du métier de couturière. La photo montre le centre de Kouandé.

 

 

 

 

Parmi les activités, nous pouvons citer :

  • Enseignement ménager (hygiène, puériculture, maîtrise de la fécondité, nutrition avec démonstrations pratique, budget familial)
  • Transformation des produits locaux
  • Construction de foyers améliorés pour lutter contre le déboisement. Ces foyers concentrent la chaleur dégagée par le bois. Au moment de l’examen pour le dîplome de fin d’apprentissage, chaque jeune doit construire un foyer dans sa famille. La directrice du Centre va le noter. Voisins et amis peuvent voir ces foyers et apprendre à les construire chez eux.
  • Alphabétisation pour les jeunes non scolarisés
  • Cours de français pour celles qui sont allées à l’école et l’ont quitée le plus souvent parce qu’elles étaient âgées et en retard
  • Coupe et couture afin d’obtenir le diplôme officiel de couturière
  • Tricot

Chaque centre accueille chaque année environ 20 élèves. Ces jeunes viennent de villages éloignés, jusqu’à 20 km. Elles partent à pied le vendredi après midi pour chercher leur nourriture et aider leurs parents. Elle reviennent le dimanche soir. Celles qui habitent très loin, rentrent pour les congés de Noël, Pâques et les grandes vacances. Celles-ci correspondent à la saison des cultures, ces jeunes travaillent alors aux champs avec leurs parents.

 

 

La formation dure quatre ans selon les besoins de chaque jeune. Les filles partent avec une machine à coudre pour commencer leur travail dans leur village. Cela leur permet de gagner leur vie et d’être animatrice dans leur village.

 

 

 

Alphabétisation:

Alphabétisation avec Sr Jeanne au Centre de Promotion Féminine.