Menton

Durant la guerre, les Soeurs on été en contact avec les réfugiés de Menton. Elles ont continué à être proche de la population par le biais des soins à domicile, ou au dispensaire de la Maison de la Vierge, par les visites aux malades, les catéchismes, les colonies de vacances. Elles sont connues et estimées. Grâce à l’appui de fidèles bénévoles, la fête missionnaire rassemblant de nombreux amis depuis 1946 se poursuit chaque année.

L’accueil reste une caractéristique de la Maison de la Vierge. Des journées paroissiales, réunions, conférences, divers rassemblements continuent de s’y tenir. Beaucoup de personnes y viennent aussi, attirées par la possibilité de rencontrer une Soeur. Si le petit parloir, appelé aussi « musée » pouvait partager tout ce dont il a été témoin !

Les familles des Soeurs ont toujours été accueillies à bras ouverts, en groupes parfois nombreux lors des prises d’habit, des professions et des jubilés. En plus des joies familiales, elles peuvent jouir du climat de la Côte d’Azur. Depuis longtemps, un repas chaud est servi à midi à ceux qui se présentent, dans un petit local, près de l’entrée de la maison. La communauté a poursuivi cet accueil en l’adaptant aux besoins des différentes époques.

 

La grotte qui domine la vallée du Borrigo est un lieu bien connu des Mentonnais et attire beaucoup de visiteurs qui viennent confier leur prière et leur remerciement à Marie en offrant des fleurs. Une Soeur entretient la grotte avec beaucoup de soin.

À l’intérieur de la grotte, sur une table, un cahier reçoit leurs nombreuses intentions de prière, et dans les fentes du rocher, quelques papiers sont glissés avec leurs implorations. Oui, le voeu d’Alice Munet est bien exaucé : « La grotte sera ici, afin d’être vue de tous. »

La Maison de la Vierge devient la maison de retraite des Soeurs, qui après avoir vécu de nombreuses années en Afrique sont heureuses de retrouver un climat ensoleillé. Les Soeurs restent actives selon leurs possibilités : présence à la paroisse dans la catéchèse, permanences d’accueil à l’église, accueil à la maison, services communautaires, préparation de la vente de charité qui a lieu chaque année en décembre, ACAT, catéchuménat, rencontre de quartiers, Secours catholique, équipes Saint-Vincent, visites des personnes âgées ou malades, dans les maisons de retraite, insertion dans la pastorale de la santé. Cela permet une ouverture à l’extérieur.

Elles réservent une grande place à l’Adoration Eucharistique quotidienne, qui est leur principale mission et déposent aux pieds du Seigneur les nombreuses intentions confiées. La chapelle est toujours ouverte et nombreuses sont les personnes qui viennent prier ou se joindre à l’Adoration Eucharistique.

La Maison de la Vierge, lieu de fondation de l’Institut est le passage obligé pour les jeunes Soeurs avant leur engagement définitif, notamment celles originaires d’Afrique. C’est leur premier grand voyage dans un autre continent. Quelle n’est pas leur surprise, leur étonnement, leur joie de découvrir ces lieux et d’échanger avec les anciennes.

Les Soeurs des autres maisons aiment se retrouver à la Maison de la Vierge. Chaque année, elles se réunissent pour le week-end annuel animé par un intervenant. Les jubilés sont l’occasion de grandes fêtes.

Pendant des années, les Soeurs ont rencontré des personnes qui avaient connu les fondatrices et aimaient évoquer leur souvenir. La Maison de la Vierge a pour ainsi dire sa place dans la ville. Les relations avec la municipalité et les différentes instances sont bonnes. En reconnaissance pour tout ce que les Soeurs ont vécu et continuent d’apporter à la population Mentonnaise et à l’Afrique, et pour renforcer les liens avec la municipalité, le Sénateur Maire Monsieur Francis Palmero inaugure le 8 décembre 1974 la rue des Soeurs Munet en bas de la Maison de la Vierge, ancienne rue des Cabrolles.

En 2005, la villa Mélanie, de l’autre côté de la rue, en contrebas de la grotte, est vendue. Elle a été détruite et remplacée par un grand immeuble qui porte en souvenir le nom de « Résidence Mélanie ». Cette vente a permis de financer les travaux de réhabilitation de la Maison de la Vierge et de l’aménager pour permettre aux Soeurs âgées d’y rester le plus longtemps possible. Mais que faire de la villa Montsouris qui se trouve au bout ? Aujourd’hui, c’est une villa de trop. Alors, l’idée germa d’en faire des logements sociaux, ce qui répond au but social de la Congrégation. Pour Alice et Marie Thérèse Munet, le pauvre n’avait-il pas toujours la préférence ? C’est pourquoi le 11 décembre 2010, devant les autorités de la Mairie de Menton et l’organisme « Habitat et Humanisme », eut lieu l’inauguration de quatre logements sociaux. La communauté des Soeurs vit très bien ce voisinage, et petit à petit les contacts se nouent.