Education – Santé – Jeunes

Ecole Primaire Catholique du Sacré-Cœur de Kouandé

L’École Primaire Catholique du Sacré-Coeur des Soeurs Missionnaires Catéchistes du Sacré-Coeur a été réouverte en 2005. Fondée initialement comme école de filles en 1964/1965 par cette congrégation apparentée à la Société des Missions Africaines, elle est tombée, comme tant d’autres, dans le domaine public durant la période marxiste-léniniste. Sa première directrice, Sr Jeanne Fortin, a dû partir pour une autre mission. En 2003, les bâtiments ont été réattribués à la Congrégation. Avec l’accord de l’évêque de l’époque, Mgr Pascal N’Koué, les Soeurs décident de réouvrir l’école. Avec une ouverture de classe par an, l’année scolaire 2010/2011 a été celle de l’ouverture du CM2 et donc de la première promotion d’élèves présentée au CEP (Certificat d’Études Primaires) avec 100 % de réussite. Le Diocèse de Natitingou a soutenu dès le début le projet des Soeurs. Dans la visée du développement de la région, pour l’année scolaire 2011/2012, il a été décidé de créer un collège catholique, cette fois-ci entièrement à sa charge. La direction a été confiée à un des prêtres diocésains bariba qui reste en collaboration avec l’école primaire.

Les Soeurs ont mis en place une possibilité de parrainage collectif permettant de suivre un groupe d’élèves ayant droit à l’une de trois caisses (aide-élèves de famille démunie, aide-élèves orphelins, aide-élèves « enfants dits sorciers ») dans leur parcours scolaire, mais aussi de recevoir des informations concernant les progrès de la classe et de la vie de l’école (2 courriers par an). Ce parrainage est pour les Soeurs le moyen le plus efficace d’exercer la justice dans leur tâche d’éducation.

 

Actuellement, l’École Primaire Catholique fonctionne avec 12-13 membres de personnel, dont 6 enseignants titulaires, 2 enseignants vacataires et stagiaires, la directrice et 2 cuisinières. Elle a désormais un effectif de 160 élèves, dont 80 filles, et collabore avec le Collège Catholique Jean Louis BREHIER, qui a présenté en 2015 sa 1ère promotion au BEPC. Ainsi le lycée a été démarré à son tour.

 

La Soeur Directrice assure toute la gestion matérielle mais organise aussi le suivi psychologique des élèves en échec scolaire ou avec des difficultés morales et spirituelles. Ils sont environ 30 sur la liste, dont 4 enfants « dits-sorciers » (leur nombre a été divisé par 4 depuis 10 ans, signe d’évolution visible de la mentalité locale). Elle prend en charge le cours des religions au CM1-CM2 pour avoir un contact direct avec la tranche la plus âgée de l’école et mieux canaliser certains comportements relatifs à la préadolescence. L’école compte sur le soutien de chacun pour la rentrée scolaire d’octobre prochain et remercie chaque jour pour tout ce qui est fait pour favoriser l’éducation des enfants.

 

Centre de documentation et d’informations de Yadé au Togo

Le Centre de documentation et d’information a été ouvert en 2002 par Sr Geneviève Tisserand dont le but est d’aider les étudiants.

 

 

 

 

Parmi les activités du Centre nous pouvons citer :

  • Bibliothèque bien fournie où les étudiants peuvent consulter des ouvrages sur place où emprunter certains livres à la maison
  • Soutien scolaire
  •  Possibilité de travailler sur l’ordinateur
  • Formation sur WORD
  • Possibilité de faire des photocopies
  • Possibilité de faire des photos d’identité
  • Etudes dans un espace bien cadré
  • Accompagnement des jeunes et des enfants dans leurs difficultés
  • Apprentissage de décoration
  • Aide dans la connaissance des environnements informationnels et numériques
  • Education aux média et à l’information
  • Apprentissages info-documentaires
  • Promotion de la lecture
  • Ouverture culturelle

 

Centre Nutritionnel à Broukou

Le centre nutritionnel (CN) dénommé centre saint KISITO, ami des enfants consistait à prendre en charge les enfants surtout les nourrissons atteint par la malnutrition protéino-énergétique (MPE) et la gestion de la pharmacie dont les recettes aiderais à faire tourner le centre. Il a été ouvert en 2006 avec Sr Anne-Marie Mispouillé.

Deux modes de stratégies étaient mises en oeuvre. D’abord en stratégie avancées qui consiste à aller vers les patiens dans les villages. Les soeurs apprenaient aux femmes les différents règles d’hygiène et la préparation de la bouillie enrichie. Ainsi que les soins préliminaires en cas de : fièvre par le bain froid ou diarrhée par l’administration de l’orasel (SRO).

 

 

 

Ensuite ce fut la stratégie en poste fixe sur place à Broukou et là les parents emmènent les enfants atteints de diverses pathologies. Et de plus en plus outre les cas de malnutrition très sévères. Beaucoup de maladies infantiles sont pris en charge.

 

 

 

Activités des Soeurs auprès des handicapés et les épileptiques

Encore aujourd’hui, les handicapés et les épileptiques tiennent une grande place dans les activités des Soeurs en plus de la catéchèse. Chaque semaine une cinquantaine d’épileptiques viennent régulièrement chercher leur traitement. Par ignorance et faute d’argent, le handicap et l’épilepsie sont considérés comme des maladies qui font peur et en conséquence les familles ne soignent pas.

Pendant de nombreuses années avec l’aide d’une bienfaitrice, les Soeurs aident les handicapés et les malades en leur assurant un suivi médical au dispensaire, en lien avec le médecin et en leur procurant un traitement, qui bien suivi, assure la guérison des malades. Malheureusement cette aide a cessé en 2012. En 2014, Monsieur Grégoire Ahongbonon a demandé aux soeurs de Yadé que la maison devienne un centre relais pour les malades mentaux de la région de Koza et des alentours. Très vite les malades anciens et nouveaux sont arrivés nombreux, en plus des épileptiques déjà suivis par les soeurs.

En 2016, les soeurs accueillent plus de 370 malades par mois en lien avec l’association Saint-Camille de Djougou.

 

Activités avec les jeunes

Ouverture aux enfants, Jeunes dans les Mouvements, dans l’accueil…

Pour les jeunes qui réfléchissent à leur avenir, l’Institut des Missionnaires Catéchistes du Sacré-Cœur les aide à discerner ce que le Seigneur attend de chacun d’eux.

 

 

 

 

 

L’Institut les accompagne dans leur choix de vie et chaque année elle organise une session de quelques jours pour approfondir la connaissance de la vie religieuse. Cette session se déroule toujours pendant les grandes vacances.