Soeur Rosine Donson découvre la Pologne

Me voilà enfin en Pologne à Varsovie depuis le 24 avril 2019. Le jour de mon départ Soeur Sylvie Flamand, supérieure générale et  soeur Marie Luc m’ont accompagnée à  l’aéroport. Le voyage s’est bien passé. A Bruxelles, j’ai rencontré sœur Bernadette, sœur pallottine qui revenait du Cameroun et  allait à Varsovie pour ses congés. Quelles retrouvailles et quelle chance pour moi de l’avoir trouvée ! J’étais très contente et voyais dans cette rencontre, un signe de la Providence de Dieu ! Nous avons bien bavardé en nous souvenant de notre vécu à Doumé et surtout de la bonne collaboration entre nos deux communautés. Nous avons échangé beaucoup de nouvelles des uns et des autres, mais surtout des sœurs connues là-bas. Lorsque l’heure de l’embarquement s’est affichée, nous sommes allées ensemble prendre le même vol.

A Varsovie, Iwona et son frère Grégoire SMA m’attendaient patiemment ainsi que les consœurs de sœur Bernadette.L’une d’elle m’a reconnue, car elle était passée à Doumé. Imaginez un peu la scène !!!

C’est incroyable ! Le monde est vraiment petit !… Dans cette atmosphère d’accueil je me suis sentie tout de suite « chez  moi ».

Merci à Iwona et surtout au père Grégoire son frère, d’être venus me chercher à l’aéroport. Il en a parcouru des kilomètres ! Iwona, les pères SMA, et les pères Pallottins chez lesquels nous devons résider, tous m’ont réservé un accueil chaleureux. Je les remercie bien vivement !

En ce qui concerne les péres Pallotins, la majorité d’entre eux ont été en mission en Afrique ou ailleurs. Ils aiment donc parler le français, l’anglais et un peu le polonais avec moi. Ils sont 25 en communauté dont 5 frères, sans compter les « va et viens » de leurs confrères missionnaires qui viennent en congé. Ils ont un grand espace avec quatre bâtiments à étages. Un des bâtiments est destiné aux étudiants. C’est là que nous logeons.

Ces pères Pallottins ont une imprimerie assez importante en Pologne : « Apostolicum ». Beaucoup de laïcs et de  religieuses de différentes congrégations y travaillent. Dès cinq heures du matin, on entend déjà le bruit des machines.

Ces religieuses travaillent dans différents services à savoir : l’Imprimerie, le Secrétariat Missionnaire, l’Association « Promost » (Aide aux Fidèles Catholiques de l’Europe de l’Est) elles sont habillées en civil sauf une soeur Pallottine. Alors j’ai poussé ma curiosité pour comprendre les raisons de cette différence. On m’a répondu : « C’est lié à l’histoire de la Pologne.  Il n’y a pas de  problème entre celles qui sont en civil  et celles qui sont en costume. L’important dans tout cela, c’est le témoignage de vie !

Notre résidence est à l’entrée de la petite ville Zabki , à la frontière de Varsovie au nord-est et proche du centre commercial (Auchan, Makro, Obi, Biedronka… etc ) C’est très pratique !

Le 8 mai 2019, j’ai commencé l’apprentissage de la langue polonaise  à  l’Institut   IKO   à   Varsovie.   C’est   très   intense et exigeant. Dans nos société aujourd’hui, c’est partout la même conception. On privilégie les doués, ceux qui comprennent vite, les autres sont un peu laissés à la traîne. Quand nous observons la nature, nous constatons deux périodes : les fruits précoces et les tardifs et nous nous réjouissons de cela. Pourquoi inventer ce système qui favorise certains et élimine les autres ? Regardons les écoliers par exemple, pourquoi écarter ceux qui ont besoin de plus de temps pour comprendre ? Quel dommage !

Pour moi, je fais confiance au Seigneur. C’est Lui qui m’envoie à travers l’appel de ma supérieure. Il me donnera toutes les grâces nécessaires pour arriver. Oui, pour Dieu, tout est possible.

La région de Varsovie est plate. Les cyclistes sont nombreux. Je suis émerveillée de voir les pistes cyclables, les passages pour piétons et les routes.

J’ai découvert que mes frères polonais sont très religieux  et fervents. L’Eglise de Pologne est jeune.

A Ząbki, nous avons trois paroisses. Nous sommes sur la paroisse de  la  Miséricorde  Divine  et six messes sont célébrées chaque dimanche (7h, 8h30, 10h, 11h30, 13h, 18h ). A chacune de ces Célébrations Eucharistiques, l’église est toujours archipleine : enfants, jeunes et personnes âgées. Chaque génération convaincue et convaincante transmet la foi chrétienne à la nouvelle génération. Beaucoup d’enfants de choeur se sont engagés au service de l’autel, ainsi que les petites servantes de Marie. Le jour de la Pentecôte a été choisi pour cette démarche, ce fut vraiment magnifique ! J’ai été touchée de voir le nombre de pénitents.

Six prêtres résident sur la paroisse sans compter ceux qui viennent les aider.  Chaque  jour  quatre  messes  sont  célébrées et les fidèles sont toujours nombreux. La fête patronale de la paroisse est le dimanche de la Miséricorde. A 15 heures a lieu la récitation du chapelet de la Divine Miséricorde, suivie d’un temps d’adoration puis la procession du Saint Sacrement commence autour de l’église accompagnée de chants de louange pendant que les fillettes jettent des pétales de fleurs. Je me suis rappelé de Doumé.

Une petite surprise nous était réservée à la fin de cette cérémonie nous avons été reçues par les sœurs qui sont sur la paroisse : les sœurs de l’Archange St Michel. Elles ont une communauté à Nguélémendouka dans le diocèse de Doumé-Abong-Mbang. Elles nous ont offert un petit cierge à chacune en souvenir. Comme le monde est petit!!! Nous retrouvons soeur Ewa Malkowska d’Esseng et soeur Assunta Slysz. Toutes m’ont invitée. J’irai leur rendre visite dès que je pourrai.

L’adaptation se passe très bien pour moi. Ce qui me freine pour le moment, c’est la langue bien sûr ! Il me faut beaucoup de patience et de persévérance. Je compte donc sur vos prières.

On peut compter les gens de ma couleur ! Parfois j’en rencontre dans le bus, le métro ou même dans la rue. Je suis la seule africaine à la paroisse. Le premier jour, tout le monde me regardait ! Un jour où j’allais à la poste avec sœur Iwona, dès que je suis entrée une petite fille de trois ans s’est mise à hurler en me voyant, si bien que j’ai été obligée de sortir. Son père s’est excusé.

Nous avons eu une superbe rencontre avec les Supérieures Majeures ainsi qu’avec notre évêque : Monseigneur Romuald Kaminski de la congrégation du Verbe Divin. Il est très simple, ouvert et accueillant !

N’oublions pas nos cousins les pères SMA ici, c’est la famille !!!

Sr  Rosine Donson