Formation continue : Grandir en humanité, pour vivre la fraternité

Le samedi 22 février 2020 à 9 heures, les pères SMA de la MIM et de Chaponost, les sœurs NDA et MCSC, soit une quarantaine de personnes, se sont rencontrés dans la salle de réunion des Cartières pour une formation qui a pour thème : « Grandir en humanité pour vivre la fraternité ». Elle a été dirigée par la sœur Rachel, NDA et son équipe. Le débat a été animé par le père Basil, SMA.

La journée a commencé avec la projection d’une vidéo sur le rapide progrès de la science allant de la macro-technologie à la NBIC (Nanotechnologie, Biotechnologie, Informatique et Cognitif). Ce progrès est, certes positif pour l’homme, mais il peut rapidement aussi le déshumaniser si l’éthique en est absente. Puis une deuxième vidéo, pessimiste, car elle montre que l’évolution de la science pose de plus en plus de problèmes à l’homme. L’homme fait face à de nouveaux défis, cela peut engendrer un repli sur lui. Face à ses inquiétudes, il peut devenir égocentrique ignorant complètement son prochain et son entourage. Son monde ne se limite qu’à lui et à lui seul. Il devient asocial.

En conclusion, une troisième vidéo se basant sur l’Encyclique du Pape François, Laudato Si, un appel à l’éveil de la conscience afin que toute l’humanité puisse prendre soin de « notre maison commune », la terre. Des pistes sont proposées par le Saint-Père pour agir avec conscience et prudence dans le but de préserver la création pour aujourd’hui et pour les générations futures, puisque la nanotechnologie prétend qu’avec le progrès rapide de la science, certains d’entre nous pourraient « vivre jusqu’à 1000 ans » (Le présentateur dans la 1ère vidéo).

Ces vidéos étaient à chaque fois suivies de débats où Basil encourageait les participants à des échanges d’idées et d’opinions dans des petits groupes formés de façon aléatoire.

A midi, nous avons eu un long moment de pause permettant à ceux qui le voulaient de prendre un apéritif suivi d’un très bon et copieux repas africain préparé par deux de nos sœurs NDA, Victoria et Rosine, la sœur Reine (MCSC) avec l’appui technique d’un autre cordon bleu, le père Yves TCHOGLI, qui n’a malheureusement pas partagé ces bons mets avec nous, car appelé ailleurs par la pastorale des scouts, le 22 février étant la journée internationale du scoutisme fondé par l’Anglais Baden Powel.

Après un petit temps de sieste, la séance a repris à 14h15. Une quatrième et dernière vidéo a été projetée présentant les quatre courants qui existent en chaque être humain: celui de l’artiste, du héros, du sage et du saint.

Extrait du texte sur cette formation et les 4 courants de l’être humain :

« Grandir en humanité, c’est devenir ce que nous sommes. Répondre à l’appel venu de notre centre. Nous cherchons, du plus profond de nous-mêmes, à unifier notre corps et notre esprit. Nous aspirons à être pleinement des êtres de relation. Comment accomplir notre nature humaine avec tous les dons que Dieu nous a donnés ? En devenant en tous nos projets, artisans de la beauté et de la grandeur du monde. En tant que missionnaires, nous avons répondu à cet appel de Dieu, nous avons donné toute notre vie. Nous désirons refléter et incarner un aspect de ce projet de Dieu en rendant le monde plus humain et plus fraternel.

Simone Weil dit : « Il y a un point de la grandeur humaine où le génie créateur de beauté, le génie révélateur de vérité, l’héroïsme et la sainteté se rejoignent. »

Nous pourrons dire ce sont 4 courants qui existent en tout être humain : celui de l’artiste, du héros, du sage et du saint.

  • Comme chez l’artiste, existe en nous le désir de créer, jour après jour, des œuvres belles.
  • Comme chez le héros, peut se développer en nous le courage d’agir malgré les obstacles placés sur notre chemin.
  • Comme chez le sage, se trouve en nous la soif de comprendre ce qui est juste et de discerner le meilleur.
  • Comme chez le saint, l’amour le plus universel, la fraternité nous appelle.

Ce sont de formidables puissances intérieures d’humanisation qui s’entrecroisent au plus profond de nous et nous ouvrent à la fraternité. Nous sommes appelés à devenir des artisans de la beauté du monde qui, jour après jour, puisent dans leur cœur : générosité, sérénité, bienveillance, empathie, vulnérabilité et gratitude pour les rayonner et faire grandir la fraternité. (…) La voie du saint se caractérise par la quête spirituelle et l’amour des autres.

La quête spirituelle : Notre désir est infini. Nous sommes invités à nous hausser à la hauteur de notre Humanité habitée par Dieu. Notre quête spirituelle est toujours le désir de Dieu qui passe par le frère/la sœur. Comment vivons-nous cette quête spirituelle ? Dans la connaissance juste de ce qui se passe en nous. En étant attentifs au silence intérieur, en croyant qu’un Autre vit, prie et agit en nous. Par le chemin de nos engagements sociaux et politiques, de nos luttes pour plus de justice, tout ce qui va en faveur de la « maison commune », tout ce qui peut contribuer à rendre le monde meilleur : par l’amour, l’amitié vraie, la fraternité humaine, l’empathie, la compassion… Nous avons ouvert un chemin pour grandir en humanité en emboitant le pas à l’artiste, au héros, au sage et au saint. Sans doute, d’autres pistes s’ouvrent à nous et c’est à chacun de nous de trouver la sienne. Mais l’urgence est là : notre humanité risque de perdre ses valeurs fondamentales et notre fraternité est en danger ! Alors, en route ! Le voyage intérieur pour grandir en humanité et fraternité n’est jamais achevé… Gardons cette vérité : on devient vraiment vieux quand on arrête de grandir. Allons plus loin grâce à notre force créatrice, notre courage, notre choix, notre sagesse, notre amour.

Notre humanité vivifiée par la prière, enrichie par un regard d’Espérance, nourrie par l’Amour, vivra la vraie fraternité. » Sr. Rachel

A 16 heures, la célébration eucharistique présidée par le père Séraphin KIOSI a clôturé la journée.

Auteur: Père Anicet Senganambi SMA